Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 06:59

Noël 1984 !

22/12/1984

Partie agréable de yam avec Claude, Sylvie et Annick. Bien entendu nous avons perdu, pas tous !

24/12/84

Levé tard, d'où retard partout !

Claude s'est levé à l'heure, grâce au réveille-matin. Départ pour Saint-Jean-Brévelay.

J'ai oublié de mettre la machine à laver la vaisselle en route hier soir. Décidément, je baisse. Tout baisse d'ailleurs, sauf les prix !

26/12/1984 :

Excellente journée de Noël à Bannalec. Mais quelle fatigue ce matin. Alors, moins de paroles, des actes !

22h : en prenant de l'âge, nous prenons aussi des habitudes régulières. Voici un exemple très simple :

Mes fonctions digestives se font toujours à heure régulière, vers 9/10h du matin. Aujourd'hui, il y avait des courses à faire à Ploëmeur. Ce qui fait que le bon repas de Noël à Bannalec transite difficilement. Ce matin à l'heure habituelle il serait passé comme " une lettre à la poste. " (déformation professionnelle !)

Je pense que la digestion est une chose très importante et que la régularité et  des repas et de la cérémonie du trône, ne devraient jamais être négligés, surtout en vieillissant.

à suivre

Bises à la famille, bonjour aux amis. A+

Partager cet article
Repost0
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 07:04

22/12/1984

Partie agréable de yam avec Claude, Sylvie et Annick. Bien entendu nous avons perdu, pas tous !

24/12/84

Levé tard, d'où retard partout !

Claude s'est levé à l'heure, grâce au réveille-matin. Départ pour Saint-Jean-Brévelay.

J'ai oublié de mettre la machine à laver la vaisselle en route hier soir. Décidément, je baisse. Tout baisse d'ailleurs, sauf les prix !

26/12/1984 :

Excellente journée de Noël à Bannalec. Mais quelle fatigue ce matin. Alors, moins de paroles, des actes !

22h : en prenant de l'âge, nous prenons aussi des habitudes régulières. Voici un exemple très simple :

Mes fonctions digestives se font toujours à heure régulière, vers 9/10h du matin. Aujourd'hui, il y avait des courses à faire à Ploëmeur. Ce qui fait que le bon repas de Noël à Bannalec transite difficilement. Ce matin à l'heure habituelle il serait passé comme " une lettre à la poste. " (déformation professionnelle !)

Je pense que la digestion est une chose très importante et que la régularité et  des repas, et de la cérémonie du trône, ne devraient jamais être négligés, surtout en vieillissant.

à suivre

Partager cet article
Repost0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 07:13

Et la terre tourne !

15/12/84 :

Je viens de regarder le lever du soleil en compagnie de Coralie, mais maintenant j'ai la vue toute trouble et je n'aperçois qu'à peine ces quelques lignes. Annick a mal dormi et je ne m'en suis pas aperçu. J'ai dormi comme un loir !

16/12/84

Ce matin, c'est le calme le plus absolu qui règne dans la maison. Annick a dû s'endormir avec un deuxième somnifère. De toutes façons, elle ne devrait pas bouger pour ne pas déranger son pansement.

Philippe est revenu hier soir de Bannalec pour lui rapporter ses médicaments emportés par mégarde en même temps que ceux de Coralie.

Est-ce la bille au bout de mon stylo qui commence à perdre l'équilibre ou plutôt qui n'est plus ronde ? En tous cas, ce stylo bleu des PTT est de bonne qualité, car je l'ai depuis deux ans !

Nous avons reçu la visite de Mithé et de Marcel qui sont restés 24h ici. Nous avons parlé de Pépé. Nous n'avons plus beaucoup d'espoir.

à suivre

Partager cet article
Repost0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 07:08

13/12/84 :

Annick : maux de tête. Nous allons au Rallye faire nos courses.

Philippe et Anita arrivent ce soir pour le week-end

14/12/84 Annick tombe :

Annick monte sur une chaise, arrache un clou, et, catastrophe, tombe à la renverse, heurte le coin de la table de séjour, et se fracture l'épaule, superficiellement  heureusement.

Nous courons chez le médecin qui nous envoie à la clinique pour une radiographie. Elle en ressort avec un gros pansement pour quinze jours.

Le bras droit est libre, d'où une reconversion des méthodes de travail. Je pense qu'elle va se réadapter, les premières réactions physiques douloureuses passées. Quant à remonter sur une chaise, ce n'est pas demain la veille…

22h : Annick vient de mettre sa chemise de nuit seule en disant : " Je ne veux pas être dépendante. " Suis-je plus douillet qu'elle ?

Jean-Yves et Martine et les enfants sont venus nous rendre visite cet après-midi.

Philippe et sa famille dorment au Fort cette nuit.

Le bateau de Claude est remis sur ses béquilles.

à suivre

Bonjour à la famille et aux amis.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 18:30

 « Mes mémoires » , écrit en 1984 !

11/12/84 

En revenant de Morlaix nous sommes passés par l’Ile Tudy. Lauréline nous sort des “ Mémie ” et “ Pépi ” à l’anglaise ! Il y a un club de ping-pong et je dois m’attendre au pire lorsque je jouerais contre Mikaël et Stéphane.

A Bannalec, Philippe parle de reprendre son service la semaine prochaine. Coralie étant malade, Floris en pleine forme nous a sauté au cou. Exubérent ce petit-fils ! Et cajoleur, faut le voir …!

Rhumatismes au poignet droit, c'est pour cela que j'écris !

12/12/1984 :

Pas de douleurs ce matin. Le " Mal " circule, heureusement, un jour c'est la tête, le suivant le dos, le troisième la hanche ou le genou, le poignet,etc. Je me contente ces jours-là de ne pas bricoler. D'ailleurs, ne parlons pas de travail en retraite !

Nous avons posé une double porte d'entrée au Nord-Ouest, et nous devrions être mieux protégé.

A l’église : Le coup du goupillon : la personne précédente m'avait passé le goupillon, je le passe à Mamie sans asperger le cercueil, qui se prépare également à le repasser de la même manière. Mais au moment de le redonner à son tour, voilà une grenouille de bénitier, sans doute aux aguets sur ordre, qui se précipite, saisit le goupillon ou plutôt l'arrache des mains de Mamie, le trempe dans l'eau bénite, et le passe au suivant. Furieuse la grenouille… quel spectacle !

à suivre

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 14:49

Et la vie continue en retraite

   2/12/84

Demain, nous allons à Morlaix. Brrr !

Aujourd’hui, pas de bruit dans cette grande maison. Philippe n’est pas venu, Jean-Yves non plus, Claude est je ne sais où, et Patrick est sans doute occupé à Vitré.

3/12/84

Tempête, pluie, froid. Nous partons pour Morlaix.

             Télévision : constatation : je ne peux plus la regarder ni l’écouter, tant qu’il y a du monde autour de moi.

9/12/84         Retour d’un voyage démoralisant à Morlaix. Nous essayons de redonner vie à cette grande maison, bien qu’en notre absence, une lumière soit restée allumée au grenier.

10/12/84

Une nuit de sommeil pardessus nos petites misères, et c’est reparti pour un tour

En remontant l’arbre généalogique, j’arrive peut-être à 1715, chez Madame Croguennec Jean-François, au Bruc à Pleyber-Christ, en passant vers 1845 chez une certaine Gilette, qui d’après mon neveu Jean-Claude, est la première à avoir « fauté » au 18ème siècle. Je crois que la consultation des actes civils à la mairie sera constructive.

Jean-Yves s’intéresse aussi à Ollivier, un frère de mon père qui vit ou a vécu en Normandie. Mon père le croyait mort, rien de sûr, car en 1890 il n’est pas enregistré décédé au registre d’état civil de Pleyber-Christ.

J’écris sans lunettes, mal sans doute !

Claude est dans nos murs. Il n’a pas réussi à mettre son bateau à flots.

A suivre

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 17:54

Extraits du journal de bord(suite)

Aujourd’hui, panne de téléphone. C’est la panique, ou presque.

Avons téléphoné à Mamie-chef ce soir (téléphone réparé). Ça va, et elle reprendra le dessus, enfin nous l’espérons.  

Philippe devra suivre des séances de rééducation après l’opération du ménisque.

1/12/84

Annick vient de me dire que j’étais bien dans ma peau et que j’avais de la chance. Je crois avoir écrit : « Cette peau qui colle à ma peau…ou plutôt qui s’en détache (ichtyose) ».

Je viens seulement de faire le rapprochement, sans y penser davantage. J’ai même envie de rire.

Reçu ce matin une lettre de Micheline qui laisse paraître un certain désarroi après les obsèques du “ chef ”. Cela aussi passera, le temps est un grand maître, il arrange bien les choses…

A suivre

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 07:03

28/11/84

A chaque tension morale et physique correspond pour nous un abattement variable de un à trois jours, parfois plus, qu’il faut bien remonter. C’est ce que nous allons entreprendre. Le titre de ce carnet « Brèves digeste » suscite bien des curiosités. Solution pourtant simple : “ Brèves Digest ” est le titre d’un auteur féminin qui écrivait son journal, et que j’avais lu avec plaisir 30/11/84

Recevons un tintement de téléphone, à cinq ou six reprises ; pas de sonnerie. N’obtenons pas le Finistère, Saumur ne répond pas.

Le 13 contacté pour dépannage

Coralie malade : asthme , A soigner énergiquement…d’après nous et notre médecin.

Hier, j’ai écouté une conférence sur Diderot. Comme je suis à moitié sourd, j’ai dû faire un effort pour écouter, et même un double effort, car mon esprit s’évade ailleurs en cours de conférence. Alors, il me faut revenir au galop pour reprendre le train Diderot. Galop et Diderot, ça rime, non ?

Irons-nous la semaine prochaine à Morlaix ?

A suivre

Bises à la famille, bonjour aux amis

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 06:57

22/11/84

Je lis actuellement le «  Cheval couché » de Xavier Grall, opposé au « Cheval d’Orgueil » de Pierre Jakez Hélias. Si ça fermente dans mon petit ordinateur là-haut (le cerveau), je n’en ai tiré aucune conclusion pour le moment.

Tempête au dehors, tempête en dedans ( maux de tête Annick et moi ).

Hier soir, installé les phares antibrouillard de Claude sur la R16.

Philippe et sa famille rentrent à Bannalec. Pas toujours facile de vivre en communauté, chacun doit y mettre du sien, c’est facile pour les uns, difficile pour les autres.

27/11/84

«  Poussière tu étais, poussière tu redeviendras ! »

Adieu «  chef », nous t’avons conduit au cimetière, mais j’avoue que durant ton enterrement, je n’ai guère pensé à toi. Il y avait Mamie-chef qui avait besoin d’aide morale et nous pensions beaucoup plus à elle qu’à toi. Excuse-moi « chef », mais c’est la vie !

Comment avions-nous tous surnommé Monsieur Hardouin :  «  Chef », c’est Mamie-chef elle-même qui nous l’a raconté. Son beau-père lui a dit un jour : « Te voilà devenu Chef !». Entendez par là brigadier-chef. ; Le surnom chef lui est resté ! Même mamie lui disait « chef » ! Et Mamie est devenue elle aussi « Mamie-Chef ! ».

Beaucoup de mal pour écrire, trop sans doute ?

A suivre

Bonjour aux amis, bises à la famille. Bonnes fêtes de Noël. Papynet

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 07:12

20/11/84 

Me voici revenu à Fort-Bloqué. Philippe est à l’hôpital, clinique du Ter, Coralie malade, crise d’asthme( ?), j’ai repris la voiture pour aller à la pharmacie, et me suis rappelé que « tant que tu peux être utile à quelque chose… »

Hier matin en quittant Morlaix, je n’avais pas le moral. Pépé souffrant la veille, j’ai mal dormi en pensant à son état. Avant de quitter Morlaix, je suis passé par l’hôpital, où je l’ai regardé sans qu’il me voie, ne voulant pas le déranger car il semblait se reposer. Le fauteuil roulant étant auprès de son lit, je suppose qu’il l’aurait ensuite mené au réfectoire, puis qu’il serait fatigué d’être resté assis.

Triste, j’ai pris la route en pensant à lui. Mais, dans les Monts d’Arrée, je pensais plutôt au brouillard épais et à la conduite. A Braspart, j’ai eu le réflexe d’éviter une « chauffeuse » imprudente.

Au Fort, la journée a été assez animée pour me faire oublier mes états d’âme de Morlaix.

Philippe est sorti de la clinique hier soir à 19h30. Il boîte, mais devrait vite être remis sur pieds.

Coralie va mieux ce soir. Annick a besoin d’aide, physiquement et moralement.

A suivre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Wading
  • : Histoire romancée, peu différente de notre Histoire moderne, mais tout s'accélère : les petits chefs ont remplacé les rois, les religions perdurent mais se battent entre elles,l'argent est roi, la caisse est vide, mais la distribution de milliards n'a jamais connu un tel essor !
  • Contact

Recherche